tout-va-bienTrois mois après le précédent, le conseil municipal du 27 mai 2015 dernier a vu la présentation des comptes administratifs 2014, et cela sans vraiment de surprises puisqu’ils sont dans la lignée du budget primitif présenté lors du conseil municipal du 18 avril 2014 (voir ici) et des décisions modificatives qui l’ont suivi.

En résumé :

  • la dotation générale de fonctionnement (DGF) est en baisse de 158.482 € par rapport à 2013 (merci à Manuel Valls, voir ici l’article de l’association des Maires de France), passant de 2.174.782 € (en 2013) à 2.016.300 € (en 2014). A noter que cette baisse va s’accentuer à partir de 2015…
  • la dotation de solidarité urbaine (DSU) est en légère hausse (+ 97.626 €) et compense légèrement la baisse de la DGF (à noter que la DSU est accordée aux villes de plus de 10.000 habitants répondant à certains critères : revenu moyen des habitants, proportion de logements sociaux,…)
  • 40% de cette dotation de solidarité urbaine (712.144 € sur les 1.782.910 € perçus) a été consacré à l’aménagement des extérieurs de la nouvelle salle de sport régionale (sic).
  • les enveloppes budgétaires des différents services ont été réduites de manière importante, mises à part celles concernant l’informatique (+8%), les affaires scolaires (+3%), l’urbanisme (+6,8%) et la police municipale (+7,2%) qui bénéficient de légères hausses
  • malgré cette réduction des enveloppes des services, les dépenses de fonctionnement augmentent de 195.665€
  • les frais de personnels augmentent fortement au cours de l’année 2014  (+ 449.252 € en une année), soit une progression de presque 6%. Cette augmentation suit celle de 1,75 % de 2013 et précède celle envisagée dans le budget primitif 2015 qui se monte à 6,2%. Sur quatre années budgétaires, de 2012 à 2015, ce poste budgétaire aura progressé de quasiment 1,1 million d’euros, soit 14,5%. — Progressions de carrière des agents ? (c’est une bonne chose et nous les approuvons.) — Augmentation des charges salariales ? (elles sont le reflet d’orientations politiques nationales que nous n’approuvons pas, mais elles ne peuvent pas expliquer une augmentation de 6% des frais de personnels...) — Résultat d’une politique d’embauches ? — ou alors, compilation de tous ces facteurs d’augmentation ????
  • les dépenses d’investissements sont en baisse constante, passant de 10.640.747 € (en 2012) à 9.972.629 € (en 2013) à 7.721.145 € (en 2014). Une ville qui n’investit pas est une ville qui meurt !

NON, décidément, nous n’approuvons pas les choix de la majorité municipale, choix qui hypothèquent gravement l’avenir de notre ville et de ses habitants. Si 2015 est une année où les équilibres budgétaires pourront —peut-être— être sauvegardés, l’année 2016 sera certainement l’année de tous les dangers !

Clairement, nous aurions fait d’autres choix, en direction des habitants, des quartiers, de la sauvegarde de notre patrimoine !

Regardez autour de vous : Que devient le patrimoine de Harnes ? Que deviennent les bâtiments existants (salle Bigotte, salle Mimoun, salle des fêtes,….. et toutes les autres) ? Dans quel état se trouvent les rues et les trottoirs en dehors du centre ville ?

Soutenez notre action !