Faisant preuve d’une indéfectible mauvaise foi et d’une hypocrisie sans limite, l’auteur de l’expression politique du groupe majoritaire parue dans LA GAZETTE HARNESIENNE du mois de février 2017 lance, une nouvelle fois, ses attaques acerbes contre le groupe communiste municipal Pour Harnes, l’Humain d’abord !

D’après lui, nous serions dans la critique systématique et n’aurions pas de propositions de fond… Lorsque c’est bien, nous le disons ! Mais, lorsque la décision n’est pas la bonne à nos yeux dans l’intérêt des habitants, nous le disons que cela plaise ou non ! Quant à, soi-disant, ne pas avoir de propositions de fond, nous renvoyons cette personne à nos différents articles et tracts ainsi qu’à nos interventions lors des conseils municipaux ! Encore faudrait-il avoir la volonté d’entendre nos propos à défaut de simplement les écouter ! De plus, cela ferait faire des économies de frais d’avocat à la ville…

Oui, nous l’affirmons haut et fort. La ville n’est pas uniformément entretenue, certains quartiers sont à l’abandon, certains bâtiments sont particulièrement négligés. Ça ne plait pas ? Tant pis, nous le disons quand même ! Pour s’en rendre compte, il suffit d’ouvrir les yeux ou de regarder ces photos ! Qu’il n’en soit pas heureux est une chose, qu’il dénigre notre droit à nous exprimer sur ce sujet en est une autre ! Si nous étions les seuls à le dire, nous pourrions être taxés d’avoir une vision irréaliste. Mais, bien des Harnésiennes et Harnésiens font les mêmes remarques que les nôtres, reprenant parfois par copier/coller notre argumentaire et nos photos…

Après 9 années de gestion, Philippe DUQUESNOY ose encore mettre le manque d’entretien actuel sur ses prédécesseurs. Usant et abusant du c’est pas moi, c’est l’autre, il oublie que nous sommes en 2017 et qu’avant DUQUESNOY-2014, il y a eu DUQUESNOY-2008.  Il oublie qu’avant LUI, c’était LUI!

Pour ce qui concerne notre citation d’articles de presse issus d’un « journal appartenant à un propriétaire, chantre du libéralisme anti-social« , cette remarque est savoureuse venant de fervents supporters de la politique menée par  VALLS-MACRON-EL KHOMRI!

Quant à la « gestion saine et rigoureuse, reconnue par les instances qualifiées », quelles sont donc ces instances qualifiées ?

Peut-être l’auteur de l’article pense-t-il au comptable public qui est chargé de gérer les comptes de la ville après vérification des documents justificatifs et des informations qui lui sont transmises ? Celui-là même qui nous répond le 30 décembre 2016 qu’il n’a pas été mis au courant des décisions du Tribunal administratif de Lille rendues 6 mois avant!

Cliquez sur l’image ci-dessus pour l’agrandir

Surprenant d’ailleurs que le comptable public n’en ait pas été informé car nous sommes à l’approche de la présentation des comptes administratifs 2016 et du budget 2017, lesquels pourraient être retoqués si ces annulations par le Tribunal administratif n’étaient pas prises en compte ! A suivre….

Revenons rapidement sur ces deux délibérations annulées car, là aussi, il ne faut surtout pas en parler ! Tous les élus de la majorité municipale en sont-ils d’ailleurs bien informés ?

Lors du conseil municipal du mercredi 8 octobre 2014, Dominique MOREL, Adjoint aux finances, avait présenté une délibération en rapport avec les budgets 2014 de la ville, délibération qui comportait une multitude d’ouvertures et de virements de crédits. Nous avions déploré le manque d’explications de la note mise à disposition des élus sur ce point de l’ordre du jour. En effet, le document fourni n’était composé que de tableaux faisant apparaître des références comptables et des montants en euro, sans commentaires ni explications.

voir la délibération n°2 du conseil municipal du 08 octobre 2014

voir notre intervention en lien avec cette délibération

De plus, dans le compte-rendu de ce conseil municipal, quelle n’a pas été notre surprise de voir apparaître une délibération fantôme qui n’avait été ni présentée, ni débattue, ni votée… et pour laquelle les élus de notre groupe aurait refusé de prendre part au vote ! Cette délibération fantôme accordait une subvention complémentaire de 65.000€ au CCAS. Un véritable scandale d’autant plus que nous aurions voté favorablement pour cette subvention au CCAS si celle-ci nous avait été présentée.

voir la délibération fantôme n°2.1 du conseil municipal du 08 octobre 2014

Nous avons dû avoir recours au contrôle de légalité de la Préfecture et au tribunal administratif pour faire valoir nos droits qui avaient été délibérément bafoués.

Le Tribunal administratif de Lille a rendu ses jugements le 16 juillet 2016 :

  • délibération n°2 (modification des budgets 2014) : ANNULÉE

  • délibération fantôme n°2.1 (subvention au CCAS) : ANNULÉE

voir ici les jugements du Tribunal de Lille

N’oublions que le même Tribunal administratif avait précédemment SUSPENDUE une autre délibération encore en lien avec les finances de la ville, puisqu’elle concernait les indemnités des élus.

voir ici le jugement du Tribunal de Lille en lien avec les indemnités des élus

Et qu’en date du 06 janvier 2017, ce même Tribunal de Lille vient de CONTRAINDRE Philippe DUQUESNOY à nous transmettre les documents en lien avec la renégociation de l’emprunt toxique. Ces documents feront l’objet d’un prochain article qui apportera des éléments… surprenants !

Voir ici le jugement du Tribunal de Lille en lien avec la communication des documents

Une gestion saine et rigoureuse ? Ne pensez-vous qu’il y a quelque peu des éléments contradictoires entre ce qui est annoncé dans La Gazette et la réalité des choses ?

Nous verrons bien ce qu’en pensera la Chambre Régionale des Comptes qui est la seule instance en mesure de porter un jugement sur les choix en manière de finances. Ses prochains contrôles apporteront des éléments indiscutables sur la gestion de la ville par Philippe DUQUESNOY. Si ses conclusions sont bonnes, alors nous en serons rassurés et nous le dirons !

L’opposition municipale ose tout ? A cette remarque acerbe, nous pourrions répondre à l’auteur de l’article de LA GAZETTE par une citation de Michel AUDIARD. Nous préférons lui dire qu’il a l’opposition municipale qu’il mérite et qu’il se construit ! A bon entendeur…

Soutenez notre action !