h-chouxfleursAu conseil municipal du 18 février, les élus de Harnes avaient à décider de l’attribution d’une subvention de 3.500€ à l’école maternelle Émile Zola qui organise une classe de découverte du 14 au 17 avril 2015 à Trélon, dans le Nord. Tout se serait bien passé si le maire socialiste, Philippe DUQUESNOY, n’avait piqué une colère noire. Explications…

Philippe Duquesnoy endosse l’habit du chef

Par l’entremise de Marianne THOMAS, le groupe communiste a fait très justement remarquer au maire que, dans le projet de délibération soumis au conseil municipal, il ne respectait pas du tout la réglementation en vigueur puisque seuls trois adultes (deux enseignantes et une animatrice municipale) étaient prévus en accompagnement des 29 jeunes élèves partant en classe verte alors que la législation impose la présence d’au moins un adulte par tranche de 8 enfants, soit au minimum 4 adultes dans le cas de cette classe de découverte.

Une condition que les élus du groupe communiste, soucieux de la sécurité des enfants et des enseignants, ont aussitôt exigé d’inscrire au projet de délibération pour accepter de voter la subvention, tout en demandant qu’aucun enfant ne soit écarté du séjour pour des raisons financières, comme le prévoit l’Éducation Nationale.

Peine perdue !

L’exaspération du maire est alors montée de plusieurs crans, ce qui a surpris tout le monde, jusqu’à ses propres amis. Au lieu d’amender tout simplement la délibération en question pour la faire entrer dans la législation, Philippe DUQUESNOY a refusé mordicus de changer quoi que ce soit à la décision qu’il avait présentée aux élus, leur intimant plus ou moins de la voter illico presto et s’arrogeant le droit de la modifier a posteriori « en fonction des textes ».

Pour le groupe communiste, cette attitude du maire n’était ni plus ni moins qu’un ultimatum inacceptable, doublé d’un signe évident de son aveuglement dangereux.

L’aveuglement peut cacher la désinvolture

« On ne plaisante pas avec la sécurité des élèves et de leurs professeurs ! » C’est en substance ce qu’a affirmé Jean-Marie FONTAINE au maire de Harnes au cours de ce débat au conseil municipal sur le projet de classe de découverte de l’école Zola.

Le président du groupe communiste, lui-même enseignant de profession, voit dans le comportement irascible de Philippe DUQUESNOY une nouvelle preuve de légèreté dans sa façon de gérer la commune qui frise l’incompétence. Une légèreté aussi désinvolte qu’hasardeuse que le maire tente vainement de cacher derrière ses élans colériques de plus en plus répétés…

L’adjointe aux affaires scolaires de Philippe DUQUESNOY contredit son « maître »

Une fois votée cette délibération — dans l’état — par les seuls élus du PS et du FN, l’adjointe aux affaires scolaires de Philippe DUQUESNOY s’est empressée de confirmer ce qu’avaient affirmé les élus du groupe communiste, à savoir que le nombre d’adultes accompagnant les élèves d’école maternelle serait renforcé d’une troisième enseignante.

Que ne l’avait-elle pas dit quelques instants plus tôt ! Et pourquoi cela n’avait-il pas été directement indiqué dans le projet de délibération ? Les élus auraient gagné du temps et, plus encore, un minimum de sérénité pour vivre la suite des débats.

Face à ce désordre au sein de la majorité socialiste, le président du groupe communiste, Jean-Marie FONTAINE, a proposé un nouveau vote de la délibération, sur un texte respectant les consignes prévues par la réglementation.

Peine perdue, une fois de plus ! Philippe DUQUESNOY a campé sur son intransigeance aveugle…

Quant aux élus du FN, ils n’ont pas eu la moindre réaction, à croire qu’ils n’ont rien compris à une affaire importante qui, pourtant, relève de la sécurité de nos enfants.

voir les textes officiels sur le site du Ministère de l’Éducation nationale

Soutenez notre action !